Amour décu, rien ne s'oublie...

12 novembre 2018

Psy, vous avez dit psy ?

La grande qestion est : Pourquoi ?

Pourquoi moi, pourquoi lui, pourquoi à ce moment là, pourquoi n'être pas partie, pourquoi s'accrocher....

Aux deux premières questions, il n'est pas possible de vraiment répondre, mais si en fait ! En effet, pourquoi me faire ça, à moi ! Moi qui suis tellement super ? Moi que tes copines louent comme étant une perle rare ?

Il a fallu qu'elle se livre pour avancer...vraiment. Les racines du mal sont plus profondes que nous nous ne voulions bien le croire. Ce n'est pas uniquement "J'avais besoin de voir quelque chose d'autre.". Non... las... Les années précédentes, les histoires familiales, l'environnement... tout a contribué à nous séparer. Malgré l'amour.

Je ne suis coupable de rien, malheureusement, mais il a fallu que je comprenne sa douleur, sa détresse à ce moment pour pouvoir vraiment accepter ce qui s'est passé. Prendre une petite part de reproches, de celles qui font mal, qui vous donnent envie de tout quitter dans l'heure pour partir à l'autre bout du monde pour refaire se une vie.

Puis quand l'heure fatidique est passé, on relativise, elle a aussi souffert. Et partir ne permet pas de se défaire de notre histoire, non, elle nous hanterait jusqu'à la fin de notre vie. Affronter. Digérer, accepter, vouloir changer ce qui ne va pas, pardonner.

Mais, c'est à double tranchant. Car quand on pardonne, on se lie plus à l'autre et on se prépare à s'en détacher. On est encore plus perdu, pire, on a peur de "devoir" partir ! Comment rester quand on comprend que bien des épreuves encore vont encore se dresser sur notre chemin.

Plus on l'aime et plus on a peur de la perdre à nouveau. Et par réaction, on se dit qu'il faut peut-être partir pour ne pas souffrir plus tard. Quelle issue ?

Aller voir le psy pour évacuer toutes ces idées ! Surtout pour ne pas les ressasser éternellement, mais pour les approfondir et voir ce que l'on ne voulait/pouvait pas voir derrière cette infidélité, pour se comprendre et s'accepter car l'enfer ce n'est pas les autres, c'est soi.

Déjà une victoire, pouvoir dormir à nouveau, pouvoir penser à autre chose, avoir envie à nouveau...

Posté par hendy2005 à 02:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


27 octobre 2018

Amour déçu, rien ne s'oublie, rien ne se reconstruit.

Il y a 13 ans de cela (été 2005), j'ai été trompé. Dit comme cela ça à l'air simple voire anodin. On se dit qu'une séparation a eu lieu et que depuis tout va mieux.

Malheureusement, la vie est souvent plus compliquée. Cette trahison, je l'ai vécue pendant quatre longues années. Une éternité. Surtout quand on aime la personne qui vous trahit.

Pourquoi ? Je l'avais longuement raconté dans un précédent blog que j'ai depuis supprimé. Au début de la première année on croit que c'est une "passade", et on espère que tout est terminé. La deuxième année, on se prépare à se séparer, et finalement aucun des deux ne le veux ou n'est prêt. La troisième année, on a l'impression que tout va bien. La quatrième, on se rend compte qu'elle nous a menti pendant quatre ans et on se sépare, et là, c'est le déclic !  Votre femme revient pleinement, vous suppplie, quitte du jour au lendemain tout ce qui pouvait la rapprocher de "l'autre", et vous jure que tout va vraiment bien aller maintenant. Alors on reste, mais on n'y croit plus. Chaque jour, votre femme essaie de vous prouver qu'elle sait maintenant, qu'elle vous comprend, qu'elle saura patienter le temps qu'il faut pour que vous croyez en elle, en votre couple et en votre famille (hé oui, quand on a des enfants on ne se sépare pas toujours facilement). Et doucement, de mois en mois, d'années en années (pour moi 4 autres années, où il aurait suffi d'un signe pour que je disparaisse), vous vous remettez à y croire, et vous y croyez.

Puis un jour, BLAM ! Le temps passe par là, et vous êtes au milieu de votre vie. Et là vous vous rendez compte que vous ne vivez pas vraiment, que vous n'êtes plus vraiment celui que vous étiez, que le reste de votre vie n'est peut-être pas si excitant que cela. Vous cherchez à comprendre pourquoi vous en êtes arrivés là, pourquoi vous avez accepté d'être humilié. Vous ne trouvez pas de réponse. Vivre devient insoutenable, votre cerveau qui était libre avant de toutes ces pensées polluantes, de ce passé néfaste se trouve encombré et rien n'y remédie. Une grosse déprime, une dépression, presque, mais la limite est faible. Vous lisez des psychologues de la chose amoureuse et vous vous rendez compte que vous subissez un Syndrome de Stress Post Traumatique avec 13 ans de retard !

Là vous regrettez d'avoir laissé une chance à cet amour, d'avoir souffert et vous être battu pour être heureux. Je me dis qu'en fait, avec le recul, j'aurais pu être pleinement heureux même sans elle, mais cela je ne le pensais (savais) pas à l'époque. Et maintenant, j'ai l'impression d'être trop vieux pour y arriver. Pourtant, tout va mieux entre nous, on a parlé de tout ce qui s'est passé pendant toutes ces années mais avec des années de retard. En même temps, on a l'impression que "c'est fait", maintenant, il faut avancer. Et ça, c'est une injonction déguisée : "Si c'est pour me faire des reproches, c'est pas la peine d'en parler...". Mais les pensées polluantes, elles, restent dans votre tête. "Tu devrais aller voir un psy, ça t'aiderait". Oui, c'est vrai, je vais y aller, mais j'ai peur que ça m'aide à tout quitter. Pas me supprimer physiquement, même si parfois, toutes ces pensées que je rumine me rende fou, alors je vais y aller.

Qu'aurais-je du faire ? Aujourd'hui encore je ne le sais pas et je ne le saurai jamais. Avec des "si"... Premièrement faire tout ce que j'ai envie de faire, et ça, ce n'est pas si évident, parce qu'à force de me mettre moi-même des barrières pour que ça aille mieux, c'est tout le contraire qui se passe. Revoir les gens, osez s'ouvrir aux autres, pleinement, sans appréhension, sans retenue. Relire, revoir, refaire les choses qui me plaisent, osez le dire, osez le faire. Pas pour se venger, non, juste pour être celui que l'on a perdu quelque part en chemin, sur ce long chemin de la vie à...deux.

Posté par hendy2005 à 22:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,